LA VIE SAUVAGE DES OCTETS

L'épouilleur, le tricheur, et le rancunier

La vie en groupe apporte plus d'avantages que la vie solitaire. Parmis les plus importants, la réciprocité d'un acte dit "altruiste" permet à un système de devenir "évolutionnairement stable". Mais ce comportement favorise également les tricheurs...

Share

Altruisme

Certains animaux sont altruistes. L'altruisme est codé par un gène.
Par définition l'altruiste se sacrifie pour permettre à ses tiers de survivre. Donc il diminue sa fitness, sa compatibilité à l'environnement, donc il ne se reproduit pas, donc il disparait. Et pourtant les altruistes persistent. Les travaux de Hamilton (entre autres) ont permis de comprendre ce phénomène, en découvrant que les gènes sont souvent plus en commun dans les fratries que dans les parentés. Par conséquent un comportement altruiste envers un tiers apparenté permet d'augmenter la valeur sélective globale des individus.

Share

SélectioNaturelle

Cette simulation permet de choisir les paramètres vitaux de deux sortes d'individus. En faisant varier le régime alimentaire, la vitesse de déplacement, la frénésie de déplacement, et le mode de reproduction, ce simulateur vise à montrer la notion d'adaptabilité d'un individu dans son milieu. Tous les caractères choisis sont transmis à ses descendants, avec un léger taux de mutation.
Les créatures se nourrissent en étant en contact avec les zones vertes. Mieux vaut être rapide et passer d'une zone à l'autre, ou lent et épuiser chaque resource ?

Share

Animoïdes

Les troupeaux de gnous, les bancs d'anchois, les vols d'étourneaux et même les cellules embryonnaires ont un comportement collectif régit par une règle simple : suivre son voisin de près.

Ce travail utilise l'ingrédient minimal permettant ce type de mouvement. Les deux paramètres principaux sont l'alignement des vecteurs vitesse et la force de cohésion

Share

Jungle

Un petit prédateur triangulaire dans une jungle visuelle géométrique

Dirigé à la souris, le prédateur mange les petits êtres carrés ou triangulaires, évoluant dans deux directions au choix : augmentation ou diminution du nombre de cotés. Arrivé à une forme parfaite (carré, pentagone...) de nouvelles proies s'agitent à son approche, convexes et concaves

Share

Léon

Vous incarnez un petit caméléon que vous amenez à se déplacer dans l'écran. Vous devez manger les mouches présentes, mais sans les effrayer ; ainsi, adopter une allure lente et prudente permet de s'en approcher au mieux, en dehors de leur champ de vision, mais leur permet également de partir avant d'avoir eu le temps de les gober.

Share

Mitose

Une cellule meurt dans le temps. Accouplée à une autre elles se reproduisent et en génèrent une nouvelle. Peut-il y avoir un système d'individus ? Une tribu dont le nombre se stabilise ?

Share

Molecule

marche pas...

Share

Poule Renard Vipère

Les poules mangent les renards. Les renards mangent les vipères. Les vipères mordent les poules.

Voilà, ça marche bien en colo avec trois groupes. Seulement, les enfants apportent tout un tas de paramètres qui font que ce système ne développe par la collaboration, la feinte, l'entente, la triche, etc

Share

Ver II

Le ver a un problème : parcourir un territoire sans jamais passer deux fois au même endroit.

Ce ver-ci n'est pas réaliste, il se déplace au hasard et peut repasser au même endroit. Il y a donc énormément de dépenses d'énergie, pour peu d'apports.

Share

Ver I

Ce ver ne peut pas repasser au même endroit. Il optimise donc le rendement en ne perdant pas d'énergie à rechercher la nourriture là où il l'a déjà prise. En revanche il peut se coinçer tout seul, dans une spirale par exemple.

Comment lui faire apprendre à trouver le parcours le plus adapté ?

Share

Réseau trophique II

D'après Ellenberg, l'écosystème est " capable dans une certaine mesure d'autorégulation". C'est un système ouvert, avec gains et pertes d'énergie.La représentation simplifiée ici prend l'exemple d'un système simple, sans relations croisées. Chaque individu de la chaîne à une proie et un prédateur, hormis le premier ( le grillon mange l'herbe, considérée comme une ressource infinie dans le cas présent) et le dernier (l'araignée n'a pas de prédateur). Chaque individu a une durée de vie limitée Chaque individu se reproduit lorsqu'il ingère une proie (hormis le grillon, qui se multiplie sans cesse). Le système trouve difficilement un équilibre. Ceci met en évidence les multiples paramètres inhérents au fragile équilibre d'un écosystème, comme le mode de déplacement, la durée de vie variable, la mutation et l'adaptation, l'évolution de l'environnement...

Share

Caractère géométrique

en cours...

Cette créature possède trois dendrites. La rouge lui sert pour se reproduire (si elle vient à croiser la rouge d'un autre...) ; la bleue lui sert pour se déplacer (plus elle en aura, plus elle ira vite) ; et la verte lui sert pour se nourrir (un nombre élevé captera plus d'éléments). Seulement, rien ne marche en ce moment.

Share

W.o.p.r.

Voici un réseau d'individus pouvant vivre de manière autonome. Le rouge mange la nourriture, ce qui le fait grossir, ce qui le fait ralentir. Arrivé à maturité, il se scinde en deux individus. Au-delà d'un certain nombre, la société créé des Verts, qui sèment la nourriture.

Ce système trouve une stabilité assez rapidement.

Share

Réseau trophique

En cours...
Les prédateurs mangent les proies. Il y a donc de moins en moins de prédateurs. Ils ont donc de moins en moins de nourriture et dépérissent. Donc les proies se reproduisent plus librement. Donc les prédateurs peuvent remanger de nouveau. Donc...

Share

Train

Trouver la disposition optimale des voyageurs...

Share
© 2001-2012 - Mathieu Ehrsam